Article mise à jour le

Une vidéo en bas de page vous attend. Dans le cas où certaines personnes ne souhaitent pas être visibles sur cette vidéo ou sur le blog je vous invite à me le faire savoir.
La vidéo n’est pas répertoriée sur YouTube, ce qui signifie qu’elle n’est visible que sur ce blog, vous ne la trouverez donc pas sur YT.

C’est en partenariat avec le 8FabLab de Crest que la bibliothèque de Saint Mamans a transformé ses locaux en laboratoire numérique. Petits et grands étaient conviés à découvrir deux modèles d’imprimantes 3D ainsi qu’a expérimenter une création de BD audio interactive.

Au menu du jour :

  • Mickaël et le machins-machines.
  • David et sa Dagoma Disco Easy 200.
  • Vincent et Scratch pour une initiation à la programmation.

Ci-dessous un machins-machines V3 au look des premiers ordinateurs fabriqués en bois. La technologie d’impression 3D dans le monde de l’entreprise ne date pas d’aujourd’hui, en revanche elles sont depuis 2009 disponibles pour le grand public.

Cette imprimante a été conçue de manière artisanale. Mickaël était là pour répondre à toutes les questions. Les impressions déjà modélisées étaient exposées et palpables par tous. On remarquera le potentiel de ses machines à concevoir des pièces sur-mesure vouées à réparer, remplacer d’autres pièces cassées ou usées. Le façonnage se compte en heures la plupart du temps, à quelques minutes pour les plus petits objets. Tout dépend de la rigidité que l’on souhaite obtenir. Le temps d’impression est lié à la qualité d’impression. Il est aussi lié à la qualité de l’imprimante. 

Certaines machines sont parfois capricieuses, un peu trop de poussières sur la bobine de fil ou encore quelques courants d’air peuvent mettre fin à la réalisation m’explique David. Il faut prendre le temps de comprendre sa machine et bien sûr l’entretien de la buse et autres rouages mécaniques s’avère nécessaire.

Vous trouverez facilement sur internet des imprimantes en tout genre et française d’ailleurs pour 300 à 500 euros. On vous donnera la possibilité de recevoir l’imprimante 3D en kit et  à monter soit même ou déjà assemblée pour une centaine d’euros de plus.

Avantage de l’impressions 3D

L’avantage principal c’est que les coûts de productions sont considérablement réduits. Si avant il fallait réaliser un moule moult fois et calculer le nombre d’objets minimum à vendre pour que l’affaire devienne rentable maintenant un seul objet peut être produit et rentabilisé immédiatement.

De plus on parle ici ou là de 4ème révolution industrielle. C’est très intéressant encore une fois cette manière de produire car on décentralise la productivité. Tout comme l’ancêtre d’internet, je pense au minitel par exemple dont le fonctionnement était simple. Je schématise mais on avait un fonctionnement pyramidal. Les minitels des particuliers se connectaient tous au même super gros serveur à Paris j’imagine qui avait toute puissance sur le contenu qu’il souhait répandre. Alors que l’internet, que nous connaissons aujourd’hui bien qu’il ait tendance à ne plus véritablement ressembler au modèle des premiers jours, repose sur le principe de connections d’ordinateur à ordinateur. Je me connecte donc directement au serveur de Paul mon voisin qui propose par exemple un service de messagerie internet.

Pour l’impression 3D c’est pareil, je vais prendre un exemple un peu cataclysmique mais si demain nous avions besoin de masques pour survivre à une catastrophe chimique, nous serions en mesure de produire en quelques heures des millions d’unités. On imagine bien l’incroyable super production qui s’offre à nous. En quelques heures nous pourrions venir en aide à d’autres pays à la confection d’un objet qu’ils auraient besoin rapidement et massivement. Bref cela ouvre des perspectives prometteuses pour tout un tas de choses. Ces imprimantes vont révolutionner la façon dont nous fabriquons tous les objets, c’est une évidence.




Hors sujet…

Pour aller plus loin mais on est hors sujet. Nous pourrions faire de même pour la production d’électricité. Si tout le monde s’équipe de panneaux photovoltaïques alors la production deviendrait décentralisée. La production serait dispatchée sur des réseaux intelligents comme internet. Là ou certains sont en surproduction, l’énergie pourrait être distribuée à ceux qui en manque. EDF ne serait plus fournisseur d’électricité mais deviendrait le garant de la bonne redistribution et répartition de l’énergie. Cette productivité de masse écrase totalement ce que peuvent produire toutes nos centrales électriques centralisées, qu’elles soient nucléaire, au charbon ou au gaz. Imaginez la quantité d’énergie produite ! Nous serions en mesure de répondre au passage au tout électrique et je pense notamment à la voiture. Revenons à nos moutons…

Vincent fait découvrir Scratch aux enfants

Ils étaient 8 sur cet atelier et tous ont découvert la puissance de créativité liée à la programmation. Le but était de créer une BD audio interactive à l’aide d’outils comme le logiciel open source Scratch. Ils ont trituré un peu d’électronique et de fils de cuivre pour finalement instancier les différentes scènes audio sur la plaquette BD.

Vincent a félicité tout le groupe de petits passionnés, l’ambiance a été très studieuse et captivante. Opération de séduction réussie donc !

Retrouvez l’atelier en vidéo

La vidéo n’est pas répertoriée sur YouTube, ce qui signifie qu’elle n’est visible que sur ce blog.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de