Article mise à jour le

L’écart semble se resserrer entre les deux mondes mais qu’en est-il vraiment ? Nos smartphones de 2019 peuvent-ils rivaliser avec des appareils aux objectifs interchangeables qui pèsent 10 fois plus lourd ? Un smartphone est-il un véritable appareil photo ? En supposant que cette question ait un sens. Est-ce que ces deux produits sont réellement en concurrence ?

Il s’agit d’un petit article très subjectif qui part un peu dans tous les sens encore une fois. J’avais envie d’écrire à la volée sur cette question que l’on peut se poser. Je vous invite à échanger quelques commentaires en bas de page pour éclairer le sujet. 

Tentons de voir ensemble quelques pistes de réponses à travers une approche tantôt philosophique et tantôt technique. Vous trouverez, sans trop de difficultés, des comparatifs techniques sur le net. Mais parlons un peu des différences les plus frappantes.

Puissances de calcul – Taille du capteur et de l’objectif

C’est principalement à ce niveau-là que tout se joue. Bien évidement, le cahier des charges des smartphones est littéralement opposés aux reflex et pourtant ils ont une finalité commune, la photo.

Smartphone

C’est sans équivoque, grâce à la puissance de calcul que les smartphones gagnent progressivement du terrain. On parle de photo computationnelle. L’intelligence artificielle seconde les faiblesses physiques des smartphones. On sait que l’IA a besoin d’énormément de ressource pour agir rapidement et proposer une expérience de prise de photo fluide. Apple et Huawei ont mis au point des co-processeurs dédiés aux réseaux neuronaux (NPU pour Neural Processing Unit). Les nouvelles générations 2019 de smartphones fournissent suffisamment de puissances de calcul pour analyser et traiter l’image de manière à obtenir des résultats plutôt bluffant. Bluffant est justement le mot, car niveau simulation bokeh (flou d’arrière plan), c’est surprenant mais pas encore au point.




Reflex

Les boîtiers reflex embarquent une puissance de calcul bien loin des performances des smartphones. Le traitement de l’image ne nécessite pas autant d’analyse logiciel. Un reflex dispose de composants nettement plus performants car ils sont tout simplement plus imposant. Leur capteur et leurs optiques interchangeables offrent de bien meilleurs résultats et sans traitements par computation. On peut dire que physiquement le reflex est sérieusement avantagé de ce point de vue là. Comprenez qu’un capteur de 5mm au carré ne peut atteindre les performances d’un capteur de 3.6 cm sur 2.4 cm (full frame). 

Un peut de technique pour comprendre

Photosite : C’est l’élément physique qui capte la lumière. Il y a quatre photosites sur un pixel, 2 verts, 1 bleu, 1 rouge.

La taille du capteur sépare donc ces deux mondes. Un capteur plus grand peut accueillir des photosites plus gros et en plus grand nombre. Au final l’image sera de meilleur qualité. Donc on peut déjà en conclure que ce n’est pas le nombre de pixels qui importe mais plutôt la taille des photosites et notamment la qualité de cloisonnement de ces derniers pour éviter le parasitage des cellules entre elles. Le photosite capte la lumière puis la transforme en courant électrique. Pour éviter le bruit (trop de grain dans l’image) le cloisonnement entre les photosites doit être de bonne composition.  Les pixels affichés pour la vente d’un appareil photo relèvent plus ou moins du domaine du marketing…

L’objectif vient ensuite apporter son traitement. La lumière sera plus ou moins altérée par la qualité des verres qui le composent et du nombres de lentilles se succédant. Je ne rentre pas dans les détails d’aberrations et de diffractions. Donc là encore, le reflex prend l’avantage. 

S’il on compare l’objectif d’un Iphone à un reflex on peut se poser des questions. On imagine mal un objectif valant le prix d’un Iphone créer plus d’aberrations chromatiques qu’une minuscule optique de smarphone. 

Multi capteurs à la rescousse

On sait qu’ Apple, Samsung, Google et compagnie ne peuvent pas se permettre de produire des objectifs trop protubérant et on devine pourquoi. Ils compensent donc en multipliant les capteurs sur les téléphones. Pour le moment nous en sommes à 2 en 2019. Il ne serait pas étonnant de voir apparaître des téléphones équipés d’une bardée de capteurs. 10 ou 15 capteurs et objectifs, dont chacun auraient une fonction bien précise dans le but d’améliorer l’image en fusionnant les données. Et je pense sérieusement qu’ils vont réussir à produire des images qui en inquiéteront certains. 

Bokeh sur smartphone

Un smartphone peut produire naturellement un bokeh, mais il n’est pas comparable aux reflex vu les limitations physiques qu’il rencontre. Il existe cependant des extensions à rajouter sur l’objectif du smartphone, mais cela reste du bricolage plus qu’autre chose. Ce n’est donc pas une solution pour améliorer l’image bien au contraire…

Un Smartphone est-il un véritable appareil photo ? 

C’est une question qui revient souvent sur internet et il ne faut pas parler, je pense, de vrai ou de faux, car dans sa version la plus primitive, une photo se fabrique avec un carton, percé d’un trou et d’un support photosensible ; le fameux sténopé. Un smartphone est définitivement un appareil photo à part entière, il a d’ailleurs bousculé le marché des compacts qui sont maintenant quasiment enterrés. Les smartphone d’aujourd’hui écrasent largement les performances de nos compacts de cette décennie.

Est-ce qu’un smartphone peut produire une photo aussi qualitative qu’un reflex ?

Si les conditions de lumières sont bonnes et pour avoir expérimenté la chose, il peut être facile de se tromper. Cependant, l’exercice est bien plus simple s’il s’agit d’un portrait avec le fameux bokeh simulé.

En effet, la nouveauté des smartphone 2018-19 c’est la simulation de flou d’arrière plan dit bokeh afin d’approcher le rendu d’un reflex. Pour le moment ce n’est pas très concluant et les résultats ne sont pas consistants. Mais nous en sommes qu’au début donc les progrès vont se faire à coup d’élans marketing, car il faut prendre son temps afin de vendre, vendre et vendre toujours, toujours plus surtout ! 

Détourage, bokeh

Même avec une grande puissance de calcul, détourer des cheveux d’un arrière plan est extrêmement complexe et énergivore, surtout si ce dernier n’est pas uniforme. Sur un fond vert, pas de soucis, mais imaginez un fond de nature feuillue ! Un médiocre détourage produit une photo avec des cheveux manquant, des parties de branches de lunettes manquantes, des bouts d’oreilles en moins… Bref on pourrait supposer que l’Intelligence artificielle n’est pas encore aussi avancée que ça et qu’elle a encore beaucoup à apprendre (deep learning). Mais les résultats restent bluffant c’est vrai ! On pourrait aussi supposer que le téléphone
des laboratoires d’expérimentations qui sait déjà le faire ne sera commercialisé que dans 2 ou 3 ans. Car rappelez-vous, une entreprise doit vendre et se garder de la marge d’avancées technologiques. 

L’intelligence artificielle IA

Pour schématiser, un processeur neuronal représente un cerveau qu’on a préalablement éduqué. Des photos types sont préalablement classées et constituent une base référentielle. Le processeur apprend grâce à cette base de donné à reconnaître s’il s’agit de photo de portrait, de vacances à la mer, à la montagne, de fleurs… Il peut alors exposer l’image, mettre en valeur un visage, adapter les couleurs de manière automatique. L’IA assiste et facilite l’expérience utilisateur.

Le smartphone tente donc de compenser son handicap par de l’intelligence artificielle et par la multiplication de capteurs. Pour les reflex, il faudra de l’intelligence mais ce sera plutôt celle d’un homme pour réussir la photo ! Un reflex offrira plutôt un mode manuel et bien plus créatif. Le smartphone se cloisonnera dans le tout automatique.

Qu’est-ce qu’une photo réussi ?

La photo est un art donc c’est compliqué de répondre. On apprend à dessiner comme on apprend à faire de la photo. Il y a un cheminement minimum et beaucoup de pratique pour devenir photographe, cependant cela peut aller très vite… De mon point de vue j’aurai tendance à dire que la meilleure des photos est celle qui vous fait plaisir ! Celle que vous pouvez partager sans hésitation.

Evidemment, si un pro inspecte votre photo, çela peut se compliquer, mais le principal c’est qu’elle vous fasse d’abord plaisir. Peut-être que le piqué de l’image ne sera pas excellent voir légèrement flou, mais vous aurez certainement réussi à figer l’instant désiré.

Quelles photos aimez-vous faire ?

C’est peut-être une question qui a du sens non ? Est-ce capturer une situation inattendue, une émotion, un événement de famille particulier ? Est-ce que ce sont celles préméditées et réalisées dans un environnement préparé, ou celles en balade le weekend avec votre smartphone ? 

Une chose de certain, le smartphone est toujours à portée de main. On ne peut pas en dire autant d’un gros boitier muni d’un bazooka.

Pour en revenir au titre de l’article, on se doute bien qui l’emporte niveau qualité photo. Cependant, le smartphone progresse très vite. Il a le mérite de tenir dans une poche de pantalon et la retouche photo est possible sur-le-champ ainsi que le partage.

A contrario, pour le reflex, on entre dans une autre démarche, celle du photographe qui part en chasse. En quête de jeux avec la lumière, aves les éléments, à la recherche de la bonne focale… Sa photo ne sera ni traitée, ni partagée tout de suite, car la démarche de faire de la photo c’est prendre un minimum le temps d’observer, de trier, de recomposer, de traiter les clichés sans utiliser le tout automatique ! Dans l’automatisation il n’y a plus de touche personnelle. 

Pour conclure

Les smartphones n’auront pas les reflex et vis versa. Même si les reflex ne progressent plus vraiment, tout est une histoire de marketing, la dernière avancée c’est la vidéo, maintenant on nous vend du mirorless mais les choses vont vites plafonner. Cependant, ils restent fidèles au monde professionnel évidemment ainsi qu’aux amateurs et les passionnés de photo. On imagine mal un photographe pro se pointer à un mariage et shooter au smartphone… Certes, ces derniers font de belles photos en bonnes conditions. Ils progressent énormément en qualité mais atteindront-ils un jour les reflex ? Seront-ils assez intelligent pour surpasser leurs faiblesses ? Seul l’avenir nous le dira. 

D’une manière générale et un peu radical, les smartphones ont mis la photographie de supermarché dans la poche des gens, celle qui s’échange, se partage en un éclair. Rien n’a véritablement changé finalement. Il y aura toujours les amoureux de la photo qui recherchent la technique, la qualité et les autres moins regardants, moins exigeants, se laissant berner le cerveau par les triturages et combines logicielles, en tout cas pour ce qui est de la technologie actuelle.  

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Mezz Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mezz
Invité
Mezz

Enfin un bon article de comparaison objectif , loin des dénigrements de beaucoup de ‘spécialistes’ qui ne jurent que par les reflex et qui manquent sérieusement de clairvoyance

Vu la vitesse d’évolutions des smartphones, ca pourrait être intéressant d’avoir un refresh de temps en temps.

trackback

[…] Reflex VS smartphone 2019 […]